Le musée départemental de Morosaglia

/Le musée départemental de Morosaglia

Le musée départemental de Morosaglia

Un patrimoine

La maison natale de Pasquale Paoli a été cédée en 1889 au Département de la Corse par Jean-Baptiste Franceschini-Pietri, descendant de Clémente Paoli, frère aîné de Pascal, à condition d’installer à l’intérieur de l’oratoire les cendres de l’illustre général et de transformer le deuxième étage en Musée. La translation des cendres depuis le cimetière de l’église catholique Saint Pancrace de Londres eut lieu dès le 7 septembre 1889, mais le Musée ne fut véritablement ouvert qu’en 1954 par Jean Leblanc, Inspecteur départemental des musées et Conservateur du Musée Fesch d’Ajaccio.
En 1976, avec la bi-départementalisation, la maison devint la propriété du Département de la Haute-Corse. Son état de dégradation incita le Conseil Général à restaurer et réaménager les salles du Musée entre 1986 et 1991, alors que l’Etat procéda à son inscription à la liste supplémentaire des Monuments Historiques.

L’exposition

Le Musée, tout en conservant l’aspect traditionnel d’une maison de notable du XVIIIème siècle, présente les grands aspects de la période paoline ainsi que la vie et l’œuvre du personnage, notamment à travers le mobilier, les objets et souvenirs du Général et de son gouvernement. Ceux-ci sont assez peu nombreux car PASQUALE Paoli avait demandé à ses intimes de mettre à l’abri les éléments auxquels il tenait le plus, ce qui eu pour conséquence de favoriser leur dispersion. A la fin de sa vie, il écrivit qu’il faisait don à ses compatriotes de tout ce qu’ils avaient pris, mais qu’il souhaitait que l’épée offerte par le roi de Prusse, la selle offerte par le Bey de Tunis et quelques autres documents soient déposés à la confrérie du village.
Les collections du Musée se sont progressivement enrichies grâce à quelques dons mais surtout à la politique patrimoniale menée par le Conseil Général de la Haute-Corse qui a permis l’acquisition de certaines pièces exceptionnelles telles que le buste de Paoli réalisé par John Flaxman (l’un des plus grands sculpteurs anglais du début du XIX ème siècle), acquis en 2003, son portrait en pied peint par Henri Benbridge, le grand peintre américain de la seconde moitié du XVIIIème siècle, ou encore se paire de pistolet signée J. TWIGG (respectivement acquis en 2004 et 2005).

De nos jours

Actuellement la présentation muséographique est la suivante :
Dans la pièce palière, où la famille se réunissait autour du fucone (foyer), est diffusée une vidéo de présentation de Paoli et de son temps, et présentée une iconographie du général par différents auteurs des XVIII et XIXème siècles.
La grande salle d’entrée est consacrée à l’histoire du gouvernement de la Corse entre 1755 et 1769 et présente de portraits peints de Paoli.
La salle suivante est affectée à la presse, la monnaie et l’université. Enfin la petite chambre où il est né est dédiée à quelques-uns de ses objets familiers.
La chapelle funéraire, au rez-de-chaussée permet de se recueillir sur la tombe du général et conserve les couronnes mortuaires déposées à l’occasion du retour de ses cendres ainsi que la pierre tombale qui ornait le caveau de Paoli au cimetière Saint Pancrace de Londres.

Le Musée PASQUALE Paoli s’est vu décerné en 2012 par la Ministère de la Culture et de la Communication le label « Maison des Illustres».

2017-02-27T20:18:38+00:0019 septembre 2016|Histoire, Tourisme|